musique-du-7e-art-avec-gregory

Musique du 7e art avec Grégory

De Broadway à Hollywood, en faisant des détours par l’Europe et le Québec, Gregory Charles nous présente, à la Salle Albert Rousseau de Québec, un spectacle pour célébrer la musique du 7e art, d’où son titre 7. C’est sous la forme d’un palmarès que ce spectacle de musique se décline, de la 10e à la 1ère place. Fait étonnant, c’est l’auditoire qui au préalable vote pour établir ce palmarès.

Mais avant d’en arriver à ce décompte, Gregory Charles et sa troupe nous ouvrent l’appétit musical par des pièces d’anthologies tirées du répertoire américain de la fin des années 60. Déjà, les spectateurs sont en mesure d’évaluer l’étendue des talents sur scène: ceux des six solistes, non seulement leurs magnifiques voix mais leur façon de bouger et danser, de même que ceux des huit musiciens, joliment accompagnés par la chorale lévisoise Choeur du monde. Ajouté à cela, la très grande polyvalence de Gregory Charles en tant qu’animateur, chanteur et pianiste, de même que la présence sur scène de sa charmante et talentueuse fille Julia. Il n’en faut pas davantage pour allumer cette foule de tous âges qui dès la seconde pièce Oh Happy Day, tape des mains et fredonne joyeusement. C’est le prélude à un : Oh Happy Evening !

Pour cette soirée inaugurale du 20 juin, de grands succès américains, français, québécois et même classique – pièce tirée du film Amadeus – nous ont permis d’entendre une voix féminine remarquable, celle de la mezzo-soprano, Klara Martel-Laroche. Titulaire d’une maitrise en interprétation vocale du Conservatoire de musique de Montréal, cette “cantatrice” nous séduits par son registre de voix qui passe avec fluidité et grande aisance du classique (opéra) au populaire (comédies musicales).

Par ailleurs, les moments d’émotions fortes, pour ne pas dire d’extase, sont nombreux lors de ce spectacle d’une durée de plus de trois heures. Je ne peux passer sous silence le duo père-fille interpréter la chanson rendue célèbre par René Simard, L’oiseau. Un chouette moment d’intimité offert en cadeau aux spectateurs. Et que dire de cet autre clin d’œil, celui-là adressé au regretté Jean-Pierre Ferland. Gregory et sa troupe fredonnent quelques-uns de ses plus grands succès dont Un peu plus haut, un peu plus loin, ce qui amène Gregory un peu plus haut, un peu plus loin, dans l’émergence de ses émotions. Pour reprendre les paroles de cette sublime chanson: C’est beau, c’est beau ! oui, c’est beau, c’est touchant de voir notre ami Gregory ému ! Et pour rester dans les paroles de cette chanson: Gregory, si tu voyais le monde au fond là-bas, si tu voyais le monde au fond là-bas dans cette salle qui fut nôtre, dans cette salle qui fut tienne, qui fut vôtre, tu verrais que tu n’étais pas le seul à verser des larmes…

Si vous souhaitez célébrer musicalement les plus grands films des 100 dernières années, si vous souhaitez que cette salle soit vôtre, je vous invite à la salle Albert Rousseau de Québec les 22-23, 28 et 29 juin prochain pour deux représentations par jour: 14:00 et 19:30.

Pour réserver : https://www.sallealbertrousseau.com/

Collaboration spéciale: Sylvain Tremblay 

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

L’INFOLETTRE

infolettre Cité Boomers l'âge d'argent

Ad

CONCOURS

SITE DE RECONTRES

PARC SAFARI

NYLOZAN

Bonprix Électroménagers

SPA OVARIUM

HUET SAUVÉ IMMOBILIER

BLURRY STUDIO

VÉRO YOGA

SONDAGES RÉMUNÉRÉS

AGENCE BOOMERS CASTING

Les Archives

NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

PARTENAIRES

infolettre Cité Boomers